Imprimé depuis 166 ans, The Globe
and Mail
change aujourd’hui de visage autant dans sa version
imprimée que sur Internet. Selon le rédacteur en chef, John
Stackhouse, il s’agit du plus important changement de look auquel ait
procédé le quotidien au cours de son histoire.

Imprimé depuis 166 ans, The Globe
and Mail
change aujourd’hui de visage autant dans sa version
imprimée que sur Internet. Selon le rédacteur en chef, John
Stackhouse, il s’agit du plus important changement de look auquel ait
procédé le quotidien au cours de son histoire.

Sur papier, le principal changement est
que toutes les pages du quotidien sont désormais imprimées en
couleur. Il flirtera ainsi avec le magazine, ce qui se répercutera
sur la manière de raconter la nouvelle, en photos notamment, et
permettra de différencier davantage l’édition de semaine de celle
du week-end. De son côté, la version web veut offrir une véritable
expérience multiplateforme.

Mais pour John Stackhouse, ce qu’il
faut retenir de cette petite révolution c’est la confiance:
confiance que les journaux de qualité comme le Globe ont
encore une longue vie devant eux tant que produit imprimé. En effet,
alors que plusieurs autres ont vu leur lectorat reculer au cours de
la dernière année, The Globe and Mail a augmenté ses
impressions de 5% en semaine et de 6% le week-end, tandis que le
trafic sur son site a grimpé de 20% et que le trafic mobile a bondi
de 500%.

Pour en savoir plus:

La section spéciale sur le site du Globe

Entrevue dans Infopresse

L’imprimeur Transcontinental sur la qualité d’impression

[node:ad]