Médias Transcontinental a annoncé ce matin l'acquisition du Groupe Le Canada Français, éditeur de journaux locaux dans les régions de Saint-Jean-sur-Richelieu et de Granby. Transcontinental met donc la main sur 11 titres hebdomadaires et mensuels, ainsi qu'une série de portails web d'information locale.

Médias Transcontinental a annoncé ce matin l'acquisition du Groupe Le Canada Français, éditeur de journaux locaux dans les régions de Saint-Jean-sur-Richelieu et de Granby. Transcontinental met donc la main sur 11 titres hebdomadaires et mensuels, ainsi qu'une série de portails web d'information locale.

Le groupe possède l'hebdomadaire payant Le Canada Français, un journal mythique fondé en 1860, mais aussi Le Richelieu de Saint-Jean-sur-Richelieu, Le Coup d'Oeil de Napierville, L'Express de Granby, L'Avenir & Des Rivières de Farnham et Le Guide de Cowansville. La présidente de Médias Transcontinental, Nathalie Larivière, a souligné qu'il s'agissait d'une institution journalistique qui partage «les objectifs de qualité et de rigueur» de son entreprise.

Enrichissement de l'info régionale

Elle faisait ainsi écho au discours de son concurrent, Quebecor, qui, au moment d'acquérir Les Hebdos Montégériens, en février, soulignait son engagement «envers une information régionale forte au Québec». «Mon père estimait profondément le père de Michel Auclair, M. Jean-Paul Auclair, un grand visionnaire québécois», déclarait alors le PDG de Quebecor, Pierre Karl Péladeau, par voie de communiqué. «Tous deux partageaient cette vision d'un univers médiatique au service des communautés qui livre au lecteur une information régionale dynamique», insistait-il.

Reste à voir si la qualité de l'information produite par ses hebdomadaires indépendants se maintiendra, maintenant qu'ils font partie de grands groupes de presse convergents. Rien n'est moins sûr pour la Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ) qui s'est opposée à l'acquisition des Hebdos Montégériens par Quebecor, car elle renforçait dangereusement la concentration de la presse. Un phénomène qui nuit à la qualité du débat public et donc à la santé de notre démocratie, clamait un regroupement de journalistes formés l'automne dernier pour la résolution du conflit de travail au Journal de Montréal.

Dans une étude parue en 2007, le Centre d'étude sur les médias de l'Université Laval s'inquiétait déjà de la qualité des contenus des médias locaux québécois. Les chercheurs notaient que l'espace réservé à l'information dans les hebdomadaires était en décroissance et que, de plus en plus, les articles contribuant au débat démocratique en traitant des institutions municipales et scolaires, des services de santé, de l'emploi et du développement local, cédaient leur place à l'information légère.

… ou des actionnaires?

La salle de rédaction du Canada Français a été une des premières au Québec à se doter d'un code d'éthique, en 1976. Jusqu'à aujourd'hui, cet hebdomadaire se veut «socialement responsable». Cependant, dans un communiqué émis ce matin, le président du groupe, Robert Paradis, ne parle pas de service à la communauté, mais de relation d'affaires. Il s'est en effet dit heureux de passer le flambeau à une entreprise avec laquelle le Groupe Le Canada Français entretient «une relation d'affaires de longue date, basée sur le respect et la confiance».

Depuis plusieurs années, Transcontinental distribue chaque semaine plusieurs publications du Groupe Le Canada Français dans ses Publisac. C'est pour quoi le conglomérat ne possédait pas lui-même d'hebdomadaires dans la région. Il a en effet pour politique de ne pas concurrencer les publications qu'il distribue. Il a cependant été forcé de revoir ses façons de faire en 2009 quand son concurrent, Quebecor, s'est lancé dans l'impression et la distribution de circulaires, en créant le Réseau Quebecor Media.

Depuis la création de ce réseau, Quebecor investit massivement dans l'acquisition et le développement d'hebdomadaires régionaux, y compris sur les terres du Groupe Le Canada Français. Le conglomérat a absorbé les 15 hebdomadaires du groupe Hebdos Montérégiens, en février, et se prépare à lancer deux autres hebdomadaires à Saint-Jean-sur-Richelieu et à Granby. Il constitue actuellement des équipes de journalistes qui rentreront en fonction d'ici la fin de l'été dans ces deux municipalités, mais également en Mauricie où Transcontinental possède aussi plusieurs hebdomadaires.

Ensemble, Quebecor et Transcontinental détiennent plus de 65% du marché des hebdomadaires locaux. Transcontinental est première au Québec en terme de tirage et Quebecor est première en nombre de titres. Les deux conglomérats se disputent un marché qui a le vent dans les voiles, contrairement à celui de la presse quotidienne. En 2009, il accaparait 13,1% des recettes publicitaires québécoises, soit plus que la radio et les magazines réunis.

 

Voir aussi:

Hebdos: Quebecor poursuit l'offensive dans le sud du Québec

Les hebdos se jouent-ils de la crise?

Les Québécois de plus en plus frainds d'info locale

 

[node:ad]