La Fédération professionnelle des journalistes du Québec soutient que son rôle n’est pas de se prononcer en faveur d’une partie ou d’une autre dans le conflit de travail au Journal de Montréal, mais réclame néanmoins l’intervention du premier ministre Jean Charest.

De son côté, le Secrétariat intersyndical des services publics a qualifié le 24 janvier 2010 de «triste anniversaire».

La Fédération professionnelle des journalistes du Québec soutient que son rôle n’est pas de se prononcer en faveur d’une partie ou d’une autre dans le conflit de travail au Journal de Montréal, mais réclame néanmoins l’intervention du premier ministre Jean Charest.

De son côté, le Secrétariat intersyndical des services publics a qualifié le 24 janvier 2010 de «triste anniversaire».

[node:ad]