Le président et éditeur du Vancouver Sun et The Province, Gordon Fisher, a fait parvenir une lettre aux employés, mercredi, annonçant des réductions massives d’effectifs, notamment par le biais d’un programme de départs volontaires.

 

C’est sûrement l’un des mémos les plus directs de l’histoire des médias au Canada, mais il n’augure rien de bon pour les employés du Vancouver Sun et The Province, propriétés de Postmedia.

Le président et éditeur des deux journaux, Gordon Fisher, a fait parvenir une lettre aux employés, mercredi, annonçant des compressions majeures. Le mémo a été mis en ligne par le Steve Ladurantaye, journaliste au Globe and Mail

M. Fisher n’y va pas par quatre chemins, annonçant dès le départ que les deux journaux « sont en difficulté, la situation est pire qu’anticipée » en raison de la baisse des revenus provenant de la publicité.

Les revenus provenant du numérique, bien qu’en progression, ne compensent pas les pertes, qui augmentent. « La situation est intenable », affirme-t-il, estimant qu’il s’agit d’un problème touchant toute l’industrie. Il ajoute que les coûts de production sont plus élevés que ceux de leurs concurrents.

[node:ad]

L’éditeur annonce donc des réductions massives d’effectifs, notamment par le biais d’un programme de départs volontaires ouvert à tous les employés, peu importe leur ancienneté. Mais M. Fisher ajoute que ces départs volontaires n’empêcheront pas  des licenciements.

« Ce ne sont pas des décisions faciles, et nous avons conscience que nous perdrons des employés d’expérience ainsi qu’une relève prometteuse », écrit-il. Il conclut que le Vancouver Sun et The Province doivent prendre le virage du multiplateformes, vers un modèle payant.

L’initiative rappelle la lettre transmise aux employés de La Presse en 2009, où le président et éditeur Guy Crevier appelait à des concessions afin de ni plus ni moins « sauver » le quotidien de la rue Saint-Jacques, alors en pleines négociations syndicales.

Quatre ans plus tard, La Presse a revu son modèle d’affaires, a lancé son application pour tablettes, après avoir fait l’embauche de plusieurs journalistes.