Libération/AFP |

Syndicats et organes de presse “dénoncent fermement les méthodes
employées par la police judiciaire et la magistrature” dans cette
affaire.

L’Association des journalistes de la presse judiciaire a souligné dimanche que l’interpellation musclée de Vittorio de Filippis, ancien directeur de la publication de Libération, n’était “hélas pas un cas isolé”.

“Visé ès qualité par une plainte en diffamation, délit passible d’une amende, notre confrère a subi une interpellation volontairement humiliante”, note dans un communiqué l’association, pour qui “les exemples d’intimidation judiciaire se multiplient ces derniers mois à l’encontre de journalistes”.

“Notre confrère a été traité comme de nombreux citoyens, victimes du zèle de certains fonctionnaires de police et de quelques magistrats qui estiment que rendre la justice, c’est d’abord humilier le justiciable”, affirme encore l’association, pour qui “ce dérapage honteux ne constitue pas hélas un cas isolé”.

Libération/AFP |

Syndicats et organes de presse “dénoncent fermement les méthodes
employées par la police judiciaire et la magistrature” dans cette
affaire.

L’Association des journalistes de la presse judiciaire a souligné dimanche que l’interpellation musclée de Vittorio de Filippis, ancien directeur de la publication de Libération, n’était “hélas pas un cas isolé”.

“Visé ès qualité par une plainte en diffamation, délit passible d’une amende, notre confrère a subi une interpellation volontairement humiliante”, note dans un communiqué l’association, pour qui “les exemples d’intimidation judiciaire se multiplient ces derniers mois à l’encontre de journalistes”.

“Notre confrère a été traité comme de nombreux citoyens, victimes du zèle de certains fonctionnaires de police et de quelques magistrats qui estiment que rendre la justice, c’est d’abord humilier le justiciable”, affirme encore l’association, pour qui “ce dérapage honteux ne constitue pas hélas un cas isolé”.

[node:ad]